Poches en stock mais pas que

16 février 2013

Un monde parfait ?

un monde parfait

Laura Kasischke, je l'ai découverte dans un des carnets de route de La Grande Librairie, ceux qui passent l'été et où François Busnel a la douloureuse mission de traverser les USA et de rencontrer des écrivains américains (un jour quand je serai grande, je serai François Busnel ou alors Sophie Jovillard dans Échappées Belles). Elle, elle m'avait marqué car François l'a rencontré à Ann Arbor, site de la fameuse université du Michigan et accessoirement, là où je vais lorsque je pars professionnellement aux USA - malheureusement rien à voir avec l'université. Bien que près de Detroit, je te recommande d'ailleurs Ann Arbor, petite ville charmante et, chose surprenante, animée d'une vraie vie. Si. Tu peux aller manger passé 20h30 et encore avoir de la place et même avec des gens qui eux sont encore dans le restaurant (car je ne sais pas toi, mais moi j'ai horreur d'aller manger dans un restaurant vide). D'ailleurs, je me rends compte que je n'ai jamais mis de photos de cette charmante bourgade. Il faudra que j'y pense, un de ces jours. 

Mais trêve de digressions. Tout ceci était pour t'expliquer comment j'ai entendu parler de cette auteur. Ceci dit, j'ai pas mal hésité avant d'acheter un des ses romans. Je ne sais pas pourquoi mais en lisant les 4e de couv', j'avais un peu peur de retomber dans ce que je n'aime pas dans littérature américaine (ici par exemple). Donc pour commencer, comme je suis une fille pratique et rationnelle (j'ai fait des études scientifiques), j'ai pris un roman pas trop long.

Jiselle donc, la trentaine, hôtesse de l'air, se fait demander en mariage par Mark, séduisant plilote de son état et accessoirement veuf et père de 3 enfants (là, tu prends peur, tu regardes à 2 fois si tu ne t'es pas trompé et a pioché par mégarde dans le rayon Harlequin de la fnac). Et donc, voilà notre Jiselle qui quitte sa vie d'hôtesse de l'air pour s'installer dans une maison isolée en bordure d'une bourgade typique de la banlieue de Chicago. Elle se retrouve bientôt  souvent seule - un pilote de ligne, par définition, ça pilote des avions donc c'est souvent absent - avec ô joie, ô bonheur, 3 enfants à gérer dont 2 adolescentes pas réellement enthousiasmées par son arrivée. Le rêve de la femme au foyer prend quelques plombs dans l'aile. Tout ceci sur fond de grippe mystérieuse qui commence à se propager sur le territoire. 

Donc tu pars dans le roman en ayant un peu peur quand même. Tu te dis que si tu as en effet bien évité la collection Harlequin, Marc Levy n'est pas très loin. Tu trembles donc. Et bien non, petit à petit, ce qui paraissait une intrigue cousue de fil blanc évolue à mi chemin entre l'étude psychologique et le roman catastrophe sans rebondissements majeurs mais lentement, tout doucement. Et au milieu de tout cela, surgit  l'émotion et la beauté, pas forcément quand et où on m'attendrait.

Je suis convaincue. 

En un monde parfait - Laura Kasischke

Posté par Sev-and-co à 22:02 - Coup de Coeur - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire