Poches en stock mais pas que

06 juin 2013

Boston - city

Après cette première demi-journée et surtout après avoir perdu mes 2 petits orteils tombés pour la science (paix à leurs âmes et vade retro ballerines), le lendemain matin a été bcp plus calme. Tout d'abord, j'ai quitté mon hôtel pour celui finalement sélectionné par R car il faut que je t'avoue un truc sur R : cet homme est légèrement maniaque de l'endroit idéal. Et là, en l'occurrence, après que j'ai choisi - avec son accord - un hôtel à la super déco relativement bien placé, il a changé d'avis à 10 j du départ et en a choisi un, certes juste en face du Common, mais à la déco.....comment dire ? peut être que bourgeois kitch des années 60 serait un bon qualificatif ? (qui plus est, sans wifi gratuit, non mais allo ?! mais par contre, la chambre devait faire dans les 60 m2 mais avec un écran télé de 50 cm du coup à 10 m.....ces américains m'étonneront toujours). Bon, tu l'as compris, je n'ai pas été franchement emballée par ce nouvel hôtel mais il faut reconnaitre qu'on puvait difficilement trouver plus central (enfin, pas que je sois têtue mais le mien était à 500m de celui-ci). Tiens, d'ailleurs, regarde la chambre du mien :

Chandlers

 

Enfin, j'dis ça, j'dis rien....

Bref, donc le lendemain matin, je me suis consacrée au shopping, ce qui tombait bien car j'étais juste à côté de LA rue pour ça : Newbury Street. Alors personnellement, le début de la rue, c'était clairement pas pour moi. Au programme : les grandes marques de luxe. Mais ensuite, au fur et à mesure, cela devient plus abordable : Anthropologie (au moins pour le plaisir des yeux, car vois-tu, je suis victime d'un trouble TRES handicapant : lorsque dans un magasin, tout me plait, mon cerveau sature du neurone et je finis par quitter les lieux sans avoir rien acheté.... si..... c'est horrible n'est-ce-pas?). 

Ensuite, R arrivait d'Allemagne, et pour l'attendre, je m'étais installée dans le Common, le grand parc du centre de Boston. Imagine la scène à grand potentiel romantique : moi, négligemment alanguie sur la pelouse d'un vert tendre plongée dans un roman mais le coeur néanmoins impatient, R arrivant d'un vol long courrier, fourbu mais heurex de retrouver son aimée, arrêt sur image, nous nous voyons et chabadabada chabadabada....

Et bien sache que Lelouch n'était pas du tout à Boston ce jour-là. Et comme disait la voix off de X-Or : revoyons la scène au ralenti. R m'appelle, je lui décris précisément où je suis. Après quelques minutes, je lève les yeux et je le vois entrer dans le Common, je m'apprête donc à arborer mon plus beau sourire le voyant regarder dans ma direction, lorsque soudain, il sort son appareil photo, le pointe dans ma direction, prends la photo et tourne les talons.

Si. 

Et je n'exagère même pas, d'ailleurs j'ai des preuves : la fameuse photo où si on zoome, on me voit bien regardant fixement l'objectif...

Allez, sur cette anecdocte si représentative de nous, je te laisse avec des photos de la ville, en commençant bien entendu par le lieu du crime : le Common.

DSC_0085

Lorsque je suis aux US, je prends principalement des photos de maison et d'écureuils (ne te réjouis pas trop vite, les maisons arrivent)

DSC_0087

La State House

DSC_0086

On est ensuite allé se balader dans le quartier très propet et mignon tout plein de Beacon Hill (enfin, lorsqu'on s'est enfin retrouvé vraiment) :

DSC_0094

DSC_0084

DSC_0083

DSC_0095

En vrac, d'autres photos de la ville :

DSC_0037

DSC_0072

DSC_0150

DSC_0101

DSC_0073

still to be continued...

Posté par Sev-and-co à 06:40 - Vagabondages - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires

Poster un commentaire