Poches en stock mais pas que

10 juin 2013

Et un Djian , un !

Image 1

Marc est un artiste à la mode, mais quelque peu désabusé, et qui vit un peu dans un monde parallèle ...enfin le monde typique de Djian : alcool, fêtes, drogues, sexe. Il y a quelques temps, son fils Alexandre s'est suicidé en pleine fête avec les voisins. La mère d'Alexandre a disparu de la circulation et c'est Marc qui l'a élevé, tant bien que mal. Marc est en couple avec Elizabeth mais à l'heure du roman, celle-ci est partie ou plutôt n'est pas revenue, on la soupçonne lassée. Marc a deux rtrès bons amis : Anne, une ancienne amante et Michel son mari.

Voilà donc le contexte posé. Tout ce petit monde navigue plutôt en eaux troubles, enfin le terme plus exact serait dérive car on sent qu'ils ont tous plus ou moins perdu le sel de la vie.

Là dessus, un matin, Marc rencontre dans le métro Gloria, alors totalement ivre. Il la ramasse quasi inconsciente et la ramène chez lui. Quelques heures plus tard, elle a disparu en ayant tout détruit dans la maison. Mais, pour une raison inconnue, Marc va chercher à revoir Gloria et même l'inviter à s'installer chez lui quelques temps, le temps de refaire surface. Peut de temps après on apprend que Gloria est en fait la petite amie d'Alexandre.

Va s'en suivre alors tout un tas d'incidents, de contrecoups. La présence de Gloria va bouleverser les modes de fonctionnement, remettre en question les amitiés et les certitudes de chacun.

Bon, autant te le dire, j'ai une relation un peu particulière à Djian : de grande aficionados (aficionada?) avec ses romans comme Lent Dehors ou Echine, je suis maintenant un peu une éternelle déçue : depuis déjà beaucoup trop d'années à mon goût, j'ai l'impression que Djian fait du Djian. Normal me diras-tu et déjà pas mal du tout. Mais je reste nostalgique de cette période où j'avais l'impression qu'au travers des phrases il insufflait une poésie désabusée, un lyrisme cynique. Bref, difficile de savoir qui de nous deux a changé (mais comme je suis la bonne foi incarnée, je dirai lui sans hésitation).

Donc là encore, ce roman est du Djian, module de base. On y retrouve le milieu artistique et ses abus à la limite de la caricature. L'atmosphère désabusée, cynique et un peu désespérée. J'ai eu par contre souvent envie de prendre Marc entre quatre yeux pour lui dire ces quatre vérités : ses incompétences paternelles, son égocentrisme, ses velléités, sa parano. 

Mais, néanmoins, si tu n'es pas totalement réfractaire à Djian, cela reste un roman agréable à lire, en ligne avec ses derniers.

Vengeances - Philippe Djian - Folio

Posté par Sev-and-co à 07:20 - Lu, vu, écouté - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Commentaires

Poster un commentaire